Your browser version is outdated. We recommend that you update your browser to the latest version.

LA CURE - ESPACE JACQUELINE PELLETIER DOISY-DELACHAUX

 

 

 

 

La Cure est un bâtiment accolé à l'église Saint Symphorien qui font partie tous les deux du domaine privé de la commune. Elle parait postérieure à l'église qui date principalement du XVème siècle ; peut-être a-t-elle été ajoutée à l'église lors de la rénovation intérieure de celle-ci (belles fresques en trompe-l'œil) au XIXème siècle. Elle servait encore d'habitation au curé dans les années 1920. Depuis, elle était louée à des locataires qui tout récemment se sont trouvés insolvables...

La donation de Guillaume Delachaux est venue à point pour la rénover (voir photos plus bas) et en faire, conformément à ses souhaits, un lieu dédié aux enfants (garderie périscolaire) et aux associations (Association Meaulne Informatique et secrétariat pour les associations).

Elle s'appellera bientôt Espace Jacqueline Pelletier Doisy-Delachaux ; l'inauguration pourrait intervenir avant la fin de l'année 2021.

 

DONATION DELACHAUX - Il offre 204.000 euros à sa commune de Meaulne-Vitray (Allier)

 Article paru dans La Montagne du 9 février 2018

Le centre socioculturel s’appellera Jacqueline-Pelletier-Doisy-Delachaux, du nom de la mère de Guillaume Delachaux. © SALESSE Florian

 

Un habitant de Meaulne-Vitray (Allier) a discrètement fait un don à sa commune pour qu’elle crée un centre socioculturel.

Guillaume Delachaux est un amoureux de la vallée du Cher. Entre Berry et Bourbonnais, le poète de Meaulne y puise son inspiration. « Toi, mon rond Gardien, qui abrites le voyageur traversant Tronçais, c’est ce pays que je choisis d’habiter, car outre mes racines j’y renais », écrit-il dans ses vers.

Son attachement au territoire se traduit aussi d’une façon plus prosaïque. Même s’il ne le claironne pas, il vient de faire un don d’un montant de 204.000 euros à sa commune pour qu’elle crée un centre socioculturel. « De plus en plus, ce qui n’est pas donné est perdu. Seul ce qui est partagé est gagné », explique-t-il.

Le donateur : « Ce qui n’est pas donné est perdu »

Avec sa mère, Jacqueline Pelletier-Doisy, écrivaine, décédée récemment, ils avaient imaginé financer l’ouverture d’une bibliothèque dans la commune. « Elle aurait donné ses fonds, qui sont d’une belle valeur, affirme-t-il. Mais on n’a pas trouvé le lieu pour le faire. »

Au fil de ses discussions avec des représentants de la municipalité, l’idée de créer un centre socioculturel s’est imposée, dans une maison attenante à l’église de Meaulne.

On y trouvera notamment un accueil pour les jeunes enfants. « Mon souhait est que les mômes apprennent la respiration, la méditation, la contemplation, à travers des moyens que sont le yoga, le tai-chi-chuan, le qi gong, qui permettent à l’être de grandir », tient à exprimer Guillaume Delachaux.

« Le souhait devrait être exaucé puisque l’employée municipale est d’accord », assure le maire de Meaulne-Vitray, Pierre-Marie Delanoy, heureux de ce don. « Cela représente entre un tiers et la moitié de notre capacité d’investissement sur une année. Ce don nous permet de faire aboutir un projet en plus. »

Une autre partie de la maison sera réservée aux associations de la commune, afin qu’elles tiennent des réunions et gèrent leurs affaires. Des ordinateurs et différents équipements seront achetés par ailleurs pour le club d’informatique de la ville.

« C’est un bel hommage à maman » MARIE DELACHAUX (La sœur de Guillaume Delachaux)

« Guillaume Delachaux aime sa commune, fait preuve de générosité et ne cherche pas de publicité », souligne le maire. « C’est un bel hommage à maman, une Berrichonne-Bourbonnaise convaincue, qui a beaucoup écrit sur la région », commente la sœur de Guillaume, Marie Delachaux.

L’arbre généalogique de Guillaume Delachaux présente des ramifications prestigieuses. On trouve chez ses aïeux un as de la Première Guerre mondiale, un peintre renommé (Léon Delachaux) ou encore le fondateur de l’entreprise Delachaux (Clarence Delachaux), un groupe qui emploie aujourd’hui trois mille personnes à travers le monde, et toujours dirigé par un membre de la famille.

Le centre socioculturel s’appellera Jacqueline-Pelletier-Doisy-Delachaux. Un hommage à ses parents. « Mon éducation est assez incroyable et remarquable. Je me sens aussi à l’aise avec un fermier qu’avec un roi de ce monde », confie-t-il. En attendant son inauguration, qui pourra intervenir au mieux l’an prochain, il a un autre projet en tête : créer une maison d’artistes à Meaulne. 

Guillaume Bellavoine et Julia Castaing

 

 

 


 

TRAVAUX de RÉNOVATION de La CURE 2020-2021

Les Bâtiments historiques ont finalement donné leur accord pour l'ajout en extérieur d'un ascenseur monte-personnes, à condition qu'il soit inclus dans un nouveau bâtiment en tourelle... Il a fallu aussi créer un cheminement PMR qui a "mangé" l'ancien jardin et condamné la cave voutée. Il reste l'ancien puits et un pêcher ; les agents de la commune ont planté des framboisiers et ensemenceront les parties restantes en herbe.

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?